dimanche 11 décembre 2016

La Commanderie Hospitalière de Sallebruneau… !

Panorama 10a

La commanderie est constituée par deux édifices accolés : l'église au sud et le château au nord dont le plan s'inscrit dans un quadrilatère a pour dimensions extérieures approximativement : 19,5 mètres sur 24,6 mètres.

IMG_2145

Malgré les dommages apportés par les vicissitudes de l'histoire locale : fin de la guerre de Cent Ans, conflits locaux avec les seigneuries voisines et guerres de religion, Sallebruneau est un témoin remarquable de la fin du Moyen Age.

L'église

IMG_2150

Le plan est simple : une nef unique, rectangulaire. La nef fut séparée du chœur par un arc triomphal retombant sur un faisceau de colonnes dont il reste la base et des chapiteaux intéressants. Le chevet plat, encadré de colonnes engagées dans les murs, est percé de trois fenêtres hautes en plein cintre à double ébrasement. Des restes de peintures sont encore visibles sur l'intrados de l'arc.

IMG_2162

Près de l'angle sud-ouest du mur sud de la nef, un enfeu associé à un ossuaire fut rajouté sous une niche en arc brisé orné de moulures. Dans la façade occidentale très sombre, sans ornementation, s'ouvre une porte ogivale. Au dessus du portail s'élève le clocher pignon qui est percé de deux baies d'inégale largeur. Sur le mur sud, s'appuient deux contreforts. Le chevet est protégé par trois contreforts presque plats et dans celui situé au centre a été percée la fenêtre axiale du triplet.

IMG_2181a

C'est au XVIème siècle, lorsque la nécessité se fit sentir de protéger leurs domaines, que les Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem construisent une petite forteresse qui s'appuie sur le flanc septentrional de l'église dont elle a à peu près les dimensions. A l'angle nord-ouest, une tour carrée possède en son rez-de-chaussée une petite porte très basse ouvrant sur une cellule voûtée qui devait servir de cachot. Elle est surmontée de deux étages percés d'archères cruciformes. Deux larges brèches ouvrent les murs nord et ouest. Étant donné que les autres éléments purement défensifs ont été assez bien conservés, on peut suggérer que ces deux destructions correspondent à une décision de démantèlement du château. L'angle nord-est est renforcé par un contrefort saillant servant d'assise à une tourelle hexagonale formant une échauguette.

Le lavoir

IMG_2184

Une pièce d'eau, située en contrebas par rapport à la commanderie, a été nettoyée à partir de 1990 et ces travaux ont permis de dégager un lavoir. Il est constitué d'un bassin taillé dans la roche mère constituée de calcaire et de grès dolomitique. Il est de forme quadrangulaire et ses côtés sont tous différents. L'un d'eux est maçonné, le second l'est partiellement et comprend un bassin dans lequel s'écoule l'eau d'une source. Le troisième côté correspond à un nivellement du socle rocheux à un niveau supérieur à celui du lavoir.

IMG_2185

Enfin, le quatrième côté a conservé deux dalles légèrement inclinées vers le lavoir et qui représentent très probablement les éléments subsistants de l'ancienne surface de lavage. Ce lavoir n'a subi aucune des transformations auxquelles ont été très souvent soumises ces installations aux XIX et XXème siècles

Le cimetière

IMG_2153

Le sol est parsemé de sarcophages et de tombes dont certaines sont fleuries chaque année. La dernière inhumation remonte en 1976. La forme des sarcophages qu'affecte la cuve de ces coffres offre des différences marquées selon l'époque à laquelle ils remontent.

IMG_2199

C'est ainsi que jusque vers la fin du VIème siècle les cuves sont massives à bord épais et aussi larges et hautes aux pieds qu'à la tête, tandis que de la fin du VIème jusqu'au VIIIème siècle elles ont leurs bords plus amincis et sont plus étroites et surtout moins élevées aux pieds qu'à la tête

Sources : Aquitaine on line - Wikipedia – Google.

 

Musique : « Alleluia Veni Sancte Spiritus » par Magdalith et le chœur de la communauté de l’Arche.

 

Posté par grainsdesel à 14:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,