dimanche 18 juin 2006

Qui suis-je?

armoiries_valois_ancien

"Fils, frère, père, oncle, gendre, beau-père de rois et jamais roi"

Posté par grainsdesel à 11:29 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


samedi 17 juin 2006

Bizarres ces mots à donner des maux de tête

maux_de_tete

Aimant jouer avec les mots, il y a quelques mois, je m’étais amusé à écrire ce petit texte, en employant des mots ou expressions peu usités dans notre langage journalier.

Né dans une famille où la loi salique était toujours en vigueur, vous avez dés votre plus jeune âge vécu dans un milieu sardanapalesque.

Jeune sacripant vêtu d’une longue robe sinople aux reflets de smaragdite, vous auriez aimé vous adonner au saphisme, hélas, l’île de Lesbos ne vous étant pas destinée, vous avez entrepris des études de droit, mais le rôle de saute-ruisseau ne seyant pas à votre esprit de songe-creux, vous avez délaissé la robe pour la spagirie ; vous alliez enfin pouvoir utiliser des saccharomyces dans vos jus de fruits !

Vos expériences à la six quatre deux vous ont réduit à subir un schibboleth ; le résultat fut éloquent : le saint-simonisme n’était pas en odeur de sainteté, même si on ne vous avez pas accusé de simonie.

La sémantique n’étant pas votre tasse de thé, vous avez réagi bien tardivement à la rumeur d’avoir, par contrat synallagmatique, stipendié un thaumaturge suborneur, ce qui revenait à être accusé de stellionat.

Vous prenant pour un spirite, je vous conseille, vêtu du talaire de rejoindre sans plus tarder le stylobate le plus proche, où avant d’atteindre la sénescence, tel un stylite en thébaïde, vous aurez à loisir, tout le temps de soliloquer.

Vous songerez au bon vieux temps, où le sot -l’y - laisse et le potage de nid de salangane étaient au menu des saturnales, et où il n’était pas question pour soulager votre sialorrhée, d’avoir recours à une discrète sputation.

Loin de mon intention de gloser, si tel étais le cas, je prendrais la précaution de tirer mes grègues, mais il est de fait, que votre génotype, qui pourrait s’expliquer par une déficience de vos gonades, ou de votre génétisme imparfait, annihilé par un usage immodéré de plantes de la famille des dicotylédones, alors que, jeune gouspin, vous vous preniez pour un godelureau, vous a réduit au rang de galfâtre galvaudeux et geignard, incapable d’assumer votre rôle de petit ganache gâte-papier.

Un dernier conseil : peut-être superfétatoire, trouvez les bons tessères pour, un soir de marée de syzygie aller au Casino, où si la chance vous sourit, la stochastique sera de votre côté !

metsys

Posté par grainsdesel à 17:03 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

Bizarre

dscn5676

Sur le chemin de Compostelle, après Viana, face à ce panneau, je me suis demandé comment un automobiliste pouvait doubler vu l'étroitesse du chemin!

Posté par grainsdesel à 09:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

vendredi 16 juin 2006

Saisir l’instant, il ne repassera pas !

temps_passe1

J’ai retrouvé un passage d’un livre d’André Gide « Les nouvelles nourritures », qui résume bien à mon goût le temps passé.

« Oh ! Tout ce que nous n’avons point fait et que pourtant nous aurions pu faire…penseront-ils, sur le point de quitter la vie. – Tout ce que nous aurions dû faire et que nous n’avons point fait ! Par souci des considérants, par temporisation, par paresse, et pour s’être trop dit : <Bah ! Nous aurons toujours le temps.> Pour n’avoir pas saisi le chaque jour irremplaçable, l’irretrouvable chaque instant. Pour avoir remis à plus tard la décision, l’effort, l’étreinte…

L’heure qui passe est bien passée. - Oh toi qui viendras, penseront-ils, sois plus habile : Saisis l’instant !

Comme il avait raison et j’essaie de suivre sa philosophie du temps qui passe en faisant mienne la devise : CARPE DIEM

onz_le_temps_passe

Posté par grainsdesel à 10:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Question de temps? Réponse

sablier

Bravo à Sekhmet, la chasse a été bonne et ton flair de Lionne t'a conduit à bien explorer le temps!

En effet, le 05 octobre 1582, il ne s'est rien passé car:

Grégoire XIII introduit le calendrier grégorien

Jusqu’en 1582, on utilisait, dans le monde chrétien, le calendrier julien, institué par Jules César, qui suppose que la durée de l’année tropique (laps de temps qui sépare deux passages du Soleil au point vernal) est exactement de 365,25 jours. Mais sa durée réelle est de 365,242 jours, si bien que les événement récurrents que sont les équinoxes et les solstices avançaient d’un jour tous les 128 ans : vers 1500, l’équinoxe de printemps tombait ainsi dix jours plus tôt que dans l’Antiquité, le 11 mars au lieu du 21 mars. De plus, le calcul de la date de Pâques, qui fait intervenir la Lune, était devenu complètement faux. Le concile de Trente chargea donc le pape Grégoire XIII de rétablir la situation. Aidé notamment par les savants Christopher Clavius et Aloisius Lilius, il supprime dix jours dans un premier temps, si bien que le lendemain du jeudi 4 octobre 1582 sera le vendredi 15 octobre. Puis il décide de supprimer trois années bissextiles en quatre siècles : seules les années séculaires dont le millésime est divisible par 400 resteront bissextiles ; ainsi, 1700, 1800 et 1900 ne furent pas bissextiles, tandis que 2000 le fut. Cette solution est satisfaisante, et le calendrier grégorien, qui ne sera pas immédiatement adopté par tous les pays, est aujourd’hui utilisé universellement, bien que certaines religions conservent un calendrier propre pour des raisons rituelles.

Posté par grainsdesel à 09:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


jeudi 15 juin 2006

Polluez, il en restera toujours quelque chose

pesticides

Nous disons donc: je prends du (E001) jusqu'au (E999). Je laisse reposer, car tous ces oeufs (pardon:E), une fois battus, ça monte vite en neige, mis à part que ce n'est pas propre comme de la vraie neige.
Je rajoute de l'eau, (surtout n'y rajoutez plus rien) tout y est; les paysans s'en sont chargés. Ils ne touchent pas des subventions pour acheter le gros tracteur pour amener la Marie en promenade le dimanche, ou le 4X4 pour se déplacer dans leurs champs (il y a des mauvaises langues qui disent qu'ils vont même à la chasse avec) NON: c'est pour acheter la poudre de Perlim Pimpin.
Décidément, vous avez l'esprit mal tourné, comme Blair (avec un tel nom, il a eu du nez et a eu vent des largesses de l'Europe Agricole).
Vous n'avez jamais entendu parler?
Aller, un petit effort, ça vous préservera de la maladie d'Alzheimer.
Je vois qu'il y en a qui ont déjà le cerveau bien intoxiqué, pour ne pas connaître le produit miracle de Merlin l'enchanteur.
Un petit rappel sur la façon de planter les choux.
On y va: Maestro, le "La" SVP?
Savez-vous planter les choux, à la mode à la mode!
Savez-vous planter les choux, à la mode de chez-nous?
Ben, c'est fini, (pas la chanson), la méthode sans tous les petits poisons!
Maintenant ils plantent des salades qui poussent tellement vite, qu'ils n'ont même pas le temps de les arroser (faut dire qu'on les accuse d'être les plus gros consommateurs d'eau!
Puis ils ne vont quand même pas nous les arroser avec de l'eau pleine de nitrates et d'insecticides que leurs cons de voisins ont déversés sans compter. C'est bien connu, ce n'est pas moi c'est l'autre!
Ancien temps, les fraises, les années pluvieuses, on était obligé d'attendre un rayon de soleil, ou au pire il fallait faire un numéro de Chippendale pour les voir rougir; maintenant plus la peine, un petit coup de seringue et elles rougissent comme une rosière découvrant le Menkenpis (je n'ai rien contre les Belges, mais le sujet étant grave, j'avais besoin d'une image forte).
Le problème c'est qu'il serait grand temps de s'en inquiéter, l'addition risque d'être salée!(je l'ai placé pour les initiés).
En conclusion: épandez, sulfatez, envitaminez, dépuceronnez, engraissez, phosphatez, fumez, (je vous le fait en gros): POLLUEZ!!!! Il en restera toujours quelque chose.
Ce sont nos enfants, nos petits enfants qui paieront la douane!
A moins que, les futurs reproducteurs et reproductrices de la race humaine n'aient plus de graines fertiles!
Il va falloir cloner tant qu'il en est temps!
Avis aux belles génisses (genre Io) ou aux beaux Apis volontaires pour préserver le devenir de l'humanité.

insecticides

                                       Bon appétit !

Posté par grainsdesel à 19:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Dracula le retour

Lors de ma pérégrination sur le chemin de Compostelle, j'ai fait une étrange rencontre devant la cathédrale de Logrono!

1421

Ce chien me fixait d'un drôle d'air, j'ai eu l'impression qu'il avait une dent contre moi; heureusement qu'il n'était pas minuit.

Posté par grainsdesel à 16:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Les portes du bonheur

hellen_keller

La vie est jalonnée de nombreuses portes, que nous franchissons non sans difficultés.

Je citerai deux autres citations d’Helen Keller, femme, universitaire, sourde, muette et aveugle dans les États Unis du début du 20e siècle ; héroïne américaine dont l'enfance a été portée à l'écran par Arthur Penn en 1962 dans le célèbre film oscarisé "The Miracle Worker" ("Miracle en Alabama")

"De nombreuses personnes se font une fausse idée du bonheur. On ne l’atteint pas en satisfaisant ses désirs, mais en se vouant à un but louable."

" J'ai pleuré parce que je n'avais pas de souliers, jusqu'au jour où j'ai vu quelqu'un qui n'avait pas de pieds."

riberapied

Nous nous attardons trop souvent sur nos petits malheurs qui nous empêchent d’être heureux et de sortir de cette impasse ; à trop nous complaire dans nos sentiments de désespérance, nous oublions d’avancer, de franchir une nouvelle porte, de tourner la page.

"Le plus grand secret pour le bonheur, c'est d'être bien avec soi"

  (Fontenelle)

Posté par grainsdesel à 12:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 14 juin 2006

Silence et Solitude

silence

Nous vivons dans un monde où la verbalisation est la règle et le silence l’exception ; au milieu d’un torrent de mots ; si bien que la valeur du Silence nous échappe le plus souvent ; et pourtant, il est difficile de séparer le Silence et la parole, le Silence et l'intention de signification.

Ou bien, faut-il admettre que le Silence est seulement une impuissance ou une impasse dont le langage nous libère.                                          

Le Silence ne dit-il rien ? Ce qu’on ne peut pas dire, au moins il faut l’écrire.

Et, comme disait Jules Renard: « Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu ».

Souvent le Silence est signe de Solitude.

Je ne pense pas que le Silence engendré par la Solitude, soit plus difficile à supporter que la Solitude.

Dans cette Solitude le plus dur, c’est d’être face  à soi même, confronté à notre image virtuelle. Là est la difficulté et, trop d’entre nous n’arrivons pas à gérer cette situation. Beaucoup d’hommes illustres, je pense à Théodore Monod, Charles de  Foucauld etc… dans l’immensité du désert ont trouvé des réponses à leur Solitude, entouré d’un Silence seulement troublé par le vent !

Cela semble peut-être paradoxal, mais c'est justement la Solitude, le fait d’être seul qui peut donner l'expérience profonde d’être uni à tout et à tous. La Solitude nous apprend que l'ouverture aux autres et à l’Autre appartient au fondement de la nature humaine.

Nous ne savons plus au fond ce que représente la parole, ni ce que signifie le Silence. Pourtant, nous sentons aussi que nous avons besoin du Silence. La parole et le Silence sont étroitement liés. N’est-ce pas parce qu’à sa manière le Silence signifie à travers les mots autant que les mots signifient eux-mêmes ? Sans un espace entre les mots, les mots eux-mêmes seraient-ils compréhensibles ?

Ne gardons pas ce que nous avons de profondément enfoui. Il y a  toujours un parent, une ou un ami pour nous écouter ou à qui écrire et sortir de notre Solitude ; ne prenons pas systématiquement en exemple la maxime :

« La parole et d’argent mais le silence est d’or ».

silence1

Posté par grainsdesel à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 13 juin 2006

Le mot et la chose

bcarted2

Le Mot et la Chose

Madame quel est votre Mot

Et sur le Mot et sur la Chose

On vous a dit souvent le Mot

On vous a fait souvent la Chose

            Aussi de la Chose et du Mot

Devez-vous savoir quelque Chose

Mais je parierai que le Mot

Vous plaît beaucoup moins que la Chose

Pour moi voici quel est mon Mot

Et sur le Mot et sur la Chose

J’avouerai que j’aime le Mot

J’avouerai que j’aime la Chose

Autrement la Chose et le Mot

Seraient pour moi bien peu de Chose

Mais je crois en faveur du Mot

Pouvoir ajouter quelque Chose

Une Chose qui donne au Mot

Tout l’avantage sur la Chose

C’est qu’on peut dire encore le Mot

Quand même on ne fait plus la Chose

Et si peu que vaille le Mot

Ma foi c’est encore quelque Chose

De là je conclus que le Mot

Doit être mis avant la Chose

Qu’il ne faut ajouter au Mot

Qu’autant que l’on peut quelque Chose

Et que pour le temps où le Mot

Se présentera sans la Chose

Il faut se réserver le Mot

Pour se consoler de la Chose

Pour vous je crois qu’avec le Mot

Vous voyez toujours autre Chose

Vous dîtes si gaiement le Mot

Pour mériter si bien la Chose

            Prés de vous la Chose et le Mot

Doivent être une même Chose

Et vous n’avez pas dit le Mot

Qu’on est déjà prêt à la Chose

Mais quand je vous dis que le Mot

Me plaît beaucoup moins que la Chose

Vous devez me croire à ce Mot

Bien peu connaisseur en la Chose

Eh bien voici mon dernier Mot

Et sur le Mot et sur la Chose

Madame passez-moi le Mot

Et je vous passerai la Chose

                   Abbé de l’Attaignant

iii_20lattaignant2

Posté par grainsdesel à 14:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]