mardi 21 novembre 2006

LOUP, une fois n’est pas coutume !

humour1

Si tu utilises « Ctrl » ou « Alt », fais le avec délicatesse ; tu nous as déjà fait un accident de F1 !

Pour le « Del » : Á toi de voir si tes griffes ne vont pas y laisser des traces !

Posté par grainsdesel à 14:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


mardi 10 octobre 2006

Vous avez dit TRAVAIL !

DALI

Le TRAVAIL est une chose sacrée, il ne faut pas y toucher.

Ne JAMAIS FAIRE le jour même ce que l’on peut FAIRE FAIRE par un AUTRE le lendemain.

AGIS d’abord, REFLECHIS après, RENDS COMPTE et FOUS-T-EN.

branleur

GUEULE d’abord, REFLECHIS ensuite, quand on crie fort, on s’entend mieux.

La FORCE d’INERTIE, étant, avant la discipline et l’ancienneté, la FORCE PRINCIPALE de l’entreprise, NE RIEN FAIRE est un devoir impérieux ; il importe cependant de le faire de BONNE HEURE.

parisot

On a TOUJOURS TORT d’avoir raison contre son supérieur.

La position du GARDE-A-VOUS DESARME le supérieur le plus furieux.

Si tu veux qu’on te FOUTE la PAIX, prépare L’E.N.A ou tâche de te faire passer pour un … (les deux ne sont pas forcément incompatibles).

Ménage toi toujours un RESPONSABLE d’une catégorie inférieure mais SUFFISANT.

superieur

FUIS ton SUPERIEUR comme la PESTE.

Méfie toi de tes COLLEGUES par devant, des CHEVAUX par derrière, des SUPERIEURS de tous les côtés.

CEUX qui sont « BAISES »le sont bien et doivent se considérer comme tels ; ce sont en principe TOUJOURS les MEMES.

TRAVAILLE et tu seras récompensé dans la personne de tes SUPERIEURS.

Le CONFORT du supérieur est la TRANQUILITE du subordonné.

rien_faire

Ne prend JAMAIS une INITIATIVE sans en avoir expressément ETE INVITE ; pour être louable une initiative ne doit jamais être malheureuse.

L’INITIATIVE est une indiscipline qui réussit.

Il y a deux sortes d’INITIATIVES ; la première ou « positive » consiste à exécuter un ordre que l’on n’a pas reçu, mais que l’on aurait dû recevoir. La seconde ou « négative » consiste à ne pas exécuter un ordre reçu mais que l’on n’aurait pas dû recevoir.

Il n’importe pas de connaître une question pour l’exposer, ni de détenir un poste supérieur pour la résoudre.

courrier

Il n’y a pas de TRAVAIL urgent : il n’y a que des gens pressés ou du courrier en retard.

Mieux vaut jamais que tard.

►Ne rien faire et laisser dire.

Le bon TRAVAIL n’a pas d’importance, on est jugé sur ce qu’on a fait de pire et c’est généralement un autre qui profite de ce qu’on a fait de meilleur.

Le mauvais TRAVAIL n’a pas davantage d’importance car les autres font pire et en définitive ce sont les incompétents qui demeurent le plus longtemps en place.

reflechir

►Ce n’est pas le tout, mais je pense qu’il faut quand même réfléchir avant d’agir ; au risque de se faire piéger !

Posté par grainsdesel à 18:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 4 octobre 2006

Décrypter la pensée de votre chef !

la_pensee

Qui n’a pas été confronté à essayer de deviner, ce que votre supérieur vous demandait, à la lecture des petites phrases griffonnées sur les post-it ?

expression_de_la_pensee

Me référant à votre lettre du…

A celle-là ou à une autre, mais il faut bien commencer par quelque chose.

Urgent.

J’aurai dû y penser plus tôt, mais maintenant c’est vous qui êtes en retard.

Transmis pour examen et propositions.

Je ne connais rien à la question, faites-moi un papier qui sera « vu et transmis ».

Transmis pour information.

Nous, on s’en fout, cela vous intéresse-t-il ?

Transmis pour exécution.

Idem.

La question est en cours d’examen.

Nous recherchons activement le dossier. 

La question fait l’objet d’un examen attentif.

Le dossier est définitivement égaré.

D’accord avec vous sur les grandes lignes.

Je n’ai pas l’intention de me lier par une suggestion quelconque.

Abordant la question sans idées préconçues.

J’ignore totalement le sujet.

Ainsi que vous le savez.

Vous ne le savez peut-être pas mais vous n’oserez pas me le dire.

Il y a lieu de rappeler que.

Je ne vous l’avez jamais dit, mais je me couvre.

Il est rappelé que.

Si je ne l’ai pas dit, je le répète.

Je n’ignore rien de vos difficultés.

secretary

Allez-vous faire voir… chez les Grecs (de préférence).

En temps opportun.

Aux calendes grecques.

Toutes les consignes données par mon prédécesseur restent en vigueur jusqu’à nouvel ordre.

Le temps de voir quelles étaient ces consignes et je les bouleverserai complètement.

Selon une opinion qui commence à s’accréditer.

Celle de deux de mes proches collaborateurs.

Selon une opinion généralement admise.

Celle de trois de mes proches collaborateurs.

A classer.

Vous pouvez vous le mettre où je pense.

pascool

Si vous appliquez à la lettre tous ces conseils, n’hésitez pas à demander une augmentation !

secretaire

Posté par grainsdesel à 16:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

dimanche 1 octobre 2006

Le privilège de l’homme !

mousta

Photo: Seabel

Aux temps lointains où le Bon Dieu

Etudiait, aux tréfonds des cieux,

Notre actuelle mappemonde,

Quand le seigneur, d’humeur féconde

N’était encore que le grand

Architecte de L’Univers,

Il prit son crayon et sa gomme

Et dessina, grandeur nature,

Les plans de chair et d’ossature

Des deux êtres : la femme et l’homme.

Mais à l’endroit comme à l’envers

Rien n’était différent

Pour rendre vraiment apparent

Le sexe de ces deux bonshommes ;

La question se posait, en somme ;

Où est la femme et où est l’homme ?

Dieu se dit « Sacré de moi,

Il faudrait que j’ajoute à l’un

Un tout petit je-ne-sais quoi

De typiquement masculin,

Qu’évitant des formes trompeuses

On puisse dire aux incrédules

D’un seul coup d’œil : çà c’est un Jules

Ou bien : çà c’est une « menteuse ».

Dieu se gratte donc l’auréole

Pour inventer un décor homme,

Et découvrit une babiole

Qu’il mit au mâle en post-scritum.

Un détail, spécial aux messieurs,

Un souffle, un rien, badin, gracieux,

Privilège du sexe mâle,

Un avantage personnel

Et possédant un charme tel

Qu’Eve, en le voyant, devint pâle.

Bref, la chose est une trouvaille

Géniale, magique…Divine !

L’homme peut la porter : canaille,

Tendre, piquante, souple ou fine,

En « nonchalance » ou en bataille ;

En différentes positions…

Selon son humeur…et son âge.

Mais devant ce superbe ouvrage

Le seigneur dit : « Cette invention,

Malgré son allure angélique

Ne m’a pas l’air très catholique !

Il faut donc que je la baptise ».

Et il saisit le goupillon.

Oui, mesdames, nous y venons,

Cet objet de vos convoitises

(Honnies soient qui, du mal, en disent !)

Il faut l’appeler par son nom.

Ce privilège que l’homme a,

Qu’Eve n’eut pas mais qu’elle aima,

Cette chose que nous tenons

Qui vous attire et vous attache

Qui vous émeut, qui vous envoûte,

Qui vous met le cœur en déroute,

Cette chose c’est : la moustache.

bacchantes

Pas de jaloux, Eve rend bien service à l’homme,

Qui souvent n’y voit pas plus loin que le bout de son nez !

moustache

Juste pour vous faire une idée de mes moustaches :

2004_10_seal

Le Suricate en a de plus belles!

Posté par grainsdesel à 17:31 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

samedi 16 septembre 2006

Tais-toi quand tu causes !

discussion

Les hommes n’écoutent pas les femmes, c’est scientifique.

pc76

Ah bon !

Merci les scientifiques, moi qui faisait la sourde oreille, je vais enfin savoir pourquoi ?

suricate_heureux

Si les hommes n’écoutent pas les femmes, ce n’est pas par mauvaise volonté, mais parce que leur cerveau a plus de mal à comprendre les voix féminines. (Ils ont du oublier de leur demander auparavant s’ils naviguaient à voile ou à vapeur !)

ecouter

Voilà ce qu’à démontré une étude de chercheurs britanniques de l’université de Sheffield, après avoir étudié par scanner l’activité du cerveau de douze hommes (en principe, c’est treize à la douzaine) auxquels ils ont fait écouter des voix féminines et masculines.

Selon le sexe, ils ont constaté que les voix activaient différentes parties du cerveau (et dire qu’il y en a qui ont le cerveau dans le slip ; bonjour les stimuli !)

Les voix de femmes, plus aigues et musicales, sont plus difficiles à « décoder » et nécessitent une plus grande activité cérébrale, expliquant une certaine…fatigue au bout d’un moment !

sommeil_20et_20emploi_201

On peut comprendre que, nous les hommes, nous soyons fatigués lorsque nous entendons :

- Chéri, tu n’oublies pas de passer l’aspirateur !

- Chéri, pense à laver la voiture !

- Chéri, n’oublie pas de sortir les poubelles !

- Chéri, tu peux sortir le chien ?

Etc….( deux pages du Blog ne seraient pas suffisantes !)

La solution pour bien entendre:

sirene1

Ne pas écouter les voix des Sirènes !

P.S: Toute blogueuse désirant laisser un commentaire (du genre: "c'est notre faute, nous crions trop, on ne recommencera plus, on va prendre des gélules de testostérone etc..") sera accueillie avec la plus grande mansuétude à condition, pour une plus grande compréhension de joindre le geste à la parole!

Posté par grainsdesel à 14:22 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


jeudi 14 septembre 2006

Il n’est de chef qui prête à critique !Quel chef êtes-vous ?

Quel chef êtes-vous ?

patron_

S’il vient de prendre la direction, il lui faudra quelques temps avant qu’il ne connaisse son entreprise !

S’il dirige l’entreprise depuis quelque temps, il est temps qu’il s’en aille !

S’il vient d’un cabinet ministériel, il est resté trop longtemps éloigné de la Société ! !

S’il possède une certaine expérience du terrain, il s’est encroûté et ferait mieux de retourner à l’école !

_cole

Si son avancement a été rapide, il est un peu jeune pour sa fonction !

S’il a été promu à son tour normal, ce n’est pas un génie !

S’il prend les choses en main, il devrait déléguer plus souvent !

S’il délègue son autorité, il en prend à son aise !

S’il critique les décisions de l’autorité supérieure, c’est un bon « rouspéteur » !

S’il les approuve, c’est un lécheur de bottes manquant de caractère !

S’il s’en tient aux règlements, il manque d’esprit pratique et complique les choses !

S’il arrondit les angles il finira par s’attirer des ennuis, si même cela n’est déjà fait !

S’il attache de l’importance à la formation, c’est certainement au détriment de l’administration !

S’il en attache à l’administration, il doit négliger la formation !

S’il sait prendre rapidement une décision c’est un impulsif n’en pesant pas les conséquences !

S’il en étudie les conséquences, c’est un indécis.

S’il contrôle de près le travail de ses subordonnés, il s’en méfie et les terrorise !

work

S’il les laisse agir, il ne s’intéresse pas à leur travail et encourage leur négligence !

S’il tient compte du jugement de ses collaborateurs, il se fait dominer par ses subordonnés !

S’il discute leur jugement, il les décourage en leur donnant un complexe d’infériorité !

S’il exige que ses conseillers passent par la voie hiérarchique, il se rend inaccessible !

Si la porte leur est ouverte, il verse dans la familiarité !

Si ses rapports sont brefs, les questions qu’on y traite sont d’ordre trop général !

S’ils durent plus de temps, il sous estime l’intelligence de ses subordonnés en entrant dans les détails et leur fait perdre leur temps !

S’il ménage son personnel, il les gâte !

familiarit_

S’il les mène à la spartiate, c’est un sadique !

S’il y a peu de sanctions dans son entreprise, c’est un reflet de son inaptitude à commander !

Si…..Mais quoi qu’il fasse, il aura tort. C’est un miracle qu’il soit encore dans l’entreprise. Il devrait se retirer quand il est encore…..

Equity_Curve_x

Les STOCKS-OPTIONS : ça aide !

google_entre_en_bourse

Posté par grainsdesel à 13:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

samedi 9 septembre 2006

Enquête sur le comportement de l’homme en privé !

N’ayant pas envie de râler tous les jours, j’en profite pour me moquer un petit peu de nos manies !

Parfois, nous les hommes, nous avons un comportement « Macho », et le petit bout en plus,

fount_mannekenpis

nous fait réagir en être supérieur à la femme.

Les blondes en savent quelque chose !

Pour changer, je vous propose une enquête sur les différentes façon de l’utilisation du fameux bout en privé !

De quel type êtes-vous ?

Type social : Rejoint ses amis pour pisser, qu’il ait envie ou non, dit que cela ne coûte rien et que ça fait plaisir.

Type timide : Ne peut pisser quand on le regarde, prétend qu'il a pissé et revient plus tard.

Type nerveux : N’arrive pas à trouver sa braguette, se fâche et arrache ses boutons.

Type bruyant : Siffle et chantonne en pissant, parle très fort en le secouant.

Type tout-fou : Pisse dans la jambe de son pantalon, sur ses souliers, part la braguette ouverte, arrange ses bouboules dehors.

Type adroit : Pisse sans tenir son ustensile en main ! Ajuste sa cravate tout en fonctionnant.

Pinkeln_im_sitzen

Type distrait : Ouvre son gilet, sort sa cravate et pisse dans son pantalon.

Type enfantin : Regarde le fond de l’urinoir pour admirer les bulles.

un_petit_effort

Type vaniteux : Ouvre cinq boutons alors que deux suffisent largement.

Type brutal : Tape son ustensile sur le bord de l’urinoir pour en faire tomber les dernières gouttes.

Type frivole : S’amuse à pisser à contretemps, en bas, en travers, essaie de pisser sur les mouches.

pipi

Type curieux : Fait chaque fois une inspection minutieuse de son instrument en fonctionnement.

Type grognon : Reste là un certain temps, commence à maugréer, pète, essaie de pisser, n’y parvient pas, pète encore et s’en va en bougonnant.

Toiletten

Type soupçonneux : Pète silencieusement, renifle l’air et regarde son voisin comme pour l’accuser.

Type gai : Raconte des blagues en pissant, rit sans arrêt tout en secouant son ustensile comme une sonnette.

Type j’en foutre : L’urinoir étant complet, pisse à côté sans se biler.

pan20

Type dormeur : Agite son instrument pour le réveiller, mais n’y parvient pas.

tournesol

Type aristocrate : Le tire avec un pince à sucre.

P.S : Si aucun type ne correspond au vôtre ; n’hésitez pas à consulter un gynécologue, qui sera en mesure de vous dire si vous devez vous faire appeler Mademoiselle ou Madame !

P.S au P.S: J'ajoute: Si vous râlez, je râle plus fort que vous!

oh_

Posté par grainsdesel à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 8 septembre 2006

Consignes à ceux qui n’ont rien à faire !

brown_work

Les vacances pour beaucoup d’entre-vous sont terminées et vous êtes débordés !

Si tel n’était pas le cas, quelques conseils pour ne rien changer !

travail

Ne pas l’avouer.

quel_20est_20votre_20travail

Attendre sans impatience un ordre de travail, ne pas le provoquer.

Ne pas emmerder ceux qui travaillent effectivement, ne pas les jalouser surtout.

Adopter une position de repos donnant à s’y méprendre une impression de travail.

Semaine_travail

Rester décontracté et supporter sans fatigue apparente toute inactivité aussi longue soit-elle.

Aimer le travail bien fait, et pour cela ne pas hésiter à le laisser faire par des camarades plus qualifiés.

travail_bien_fait

On peut aimer le travail et lui préférer le repos ; si certains ne savent pas travailler, d’autres ne savent pas rester sans rien faire.

DesertIsland

Ne souffrir d’aucun complexe lors de la réception de sa fiche de paie après un mois de travail.

Il y a beaucoup plus d’accident de travail que d’accidents de repos.

Accident_du_travail

Le travail use, le repos rarement ; économisons-nous.

repos

Posté par grainsdesel à 18:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

jeudi 7 septembre 2006

Comment on transmet un ordre dans l’armée !

romain1

Le capitaine à l’adjudant :

capitaine

« Comme vous devez le savoir, il y aura demain une éclipse de soleil, ce qui n’arrive pas tous les jours. Vous ferez partir les hommes à 5 heures, en tenue de campagne, pour le terrain de manœuvre. Ils pourront y voir le phénomène et je leur donnerai les explications nécessaires. S’il pleut, il n’y aura rien à voir, dans ce cas, laisser les hommes à la chambre ».

L’adjudant au sergent de semaine :

adjudant

« Sur ordre du capitaine, demain à 5 heures, il y aura une éclipse du soleil en tenue de campagne ; le capitaine donnera au terrain de manœuvres les explications nécessaires, ce qui n’arrive pas tous les jours ; s’il pleut, il n’y aura rien à voir ; mais alors ce phénomène aura lieu en chambre ».

Le sergent de semaine au caporal de semaine :

« Sur ordre du capitaine, à 5 heures du matin, ouverture de l’éclipse du soleil au terrain de manœuvres. Les hommes en tenue de campagne ; le capitaine donnera les explications sur ce rare phénomène dans la chambre, si parfois il pleuvait, ce qui n’arrive pas tous les jours ».

Le caporal de semaine au militaire de faction :

« Demain  le capitaine à 5 heures fera éclipser le soleil en tenue de campagne avec les explications nécessaires sur le terrain de manœuvres ; si parfois il pleuvait, ce rare phénomène aurait lieu en chambre, ce qui n’arrive pas tous les jours ».

Les militaires entre eux :

soldats

« Demain très tôt, à 5 heures du matin, le soleil au terrain de manœuvres fera éclipser le capitaine en chambre. Si parfois il pleuvait, ce rare phénomène aurait lieu en tenue de campagne, ce qui n’arrive pas tous les jours ».

Ce qu'il risque de se passer quand un ordre est déformé:

c_est_un_ordre_

Comme quoi, un ordre doit être compris avant de l’exécuter ; au pire attendre le contrordre avant exécution !

Rassurez-vous il n'y a pas qu'à l'armèe qu'on reçoit des ordres!

executer_les_ordres

Posté par grainsdesel à 17:09 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

lundi 4 septembre 2006

La grammaire de la vie !

Je vous livre ce cours de grammaire, découvert dans le Journal Amusant, sous la «  plume d’oie ? » d’un certain Lhomond.

Grammatica

Qu’est-ce que la Grammaire de la vie ?

"La Grammaire de la vie est l’art de se donner toutes les satisfactions possibles et imaginables.

Lettres de la vie

Les lettres n’ont jamais servi qu’aux

Mots de la vie

mots

Les mots de la vie sont nombreux. Il est difficile de les décliner.

Bases de la Grammaire de la vie :

Pronom, verbe, substantif

Pronom

Le pronom de la vie est : Je-Moi. Il n’y en a pas d’autre.

Verbe

verbe

La vie repose sur ce verbe unique : Avoir

Lequel aboutit immédiatement au verbe : Etre, et selon certains auteurs à …..Aimer.

N.B : Contradictoirement avec les grammairiens les plus autorisés, nous donnons la priorité au verbe « Avoir », parce qu’en effet celui-là est le premier entre tous (primus inter pares !), le verbe des verbes (verbum verborum !). Sans lui on n’est rien ou plutôt on n’est pas. Tandis qu’avec lui on arrive aisément à « être … » et à « aimer (se faire) ».

Le verbe avoir est donc, comme on le voit, la clef de voûte du souterrain humain, ou plutôt le passe-partout de la vie.

Aussi est-ce celui-là que tous les sujets ambitionnent.

L’article

L’article de la vie… ce n’est pas moi qui le ferai.

Qu’on suppose donc qu’il est élidé.

Le substantif

Le substantif de la vie, c’est l’argent. Inutile d’insister.

La phrase

Mettez le pronom de la vie « Je » d’accord avec le verbe des verbes « Avoir », puis ensuite tâchez d’y joindre le substantif sus énoncé… et vous aurez là une phrase complète.

La syntaxe

Le mot « syntaxe » signifie arrangement. La syntaxe est donc dans la présente grammaire la partie qui traite de la meilleure façon d’arranger son existence…de tourner les principes, les lois générales et particulières qu’on doit observer, afin de rendre sa vie sinon correcte, pure, du moins commode.

Ainsi, un exemple :

conjugaisoni

La plupart, n’étant pas à même de pénétrer la conjugaison du verbe des verbes «Avoir», ont imaginés un moyen dont il nous a été donné maintes fois d’apprécier l’efficacité.

Ce moyen, le voici. D’abord de l’audace, beaucoup d’audace, et remplacer le verbe des verbes par celui-ci : «Paraître».

Le moyen est aisé, la réussite certaine. Telle est « la syntaxe de la vie ».

Observations générales :

dictee

Analyse de la vie : S’en bien garder !

Conjonctions : Il y en a de dangereuses !

Principes : S’en défaire vivement !

Propositions : Euh ! Euh !... s’en méfier !

Formation du pluriel : Nous fait faire bien des folies !

Enfin ne dites pas :

Je n’ai pas le sou….veux-tu me prêter deux louis ? Mais dites : Ah ! Mon cher ! J’ai perdu cent louis hier au club…Passe-m’en donc dix jusqu’à ce que j’aille chez mon banquier.

Mon oncle. Mais dites : Ce noble vieillard qui m’a fait son légataire universel.

Je vous aime, Madame ! Mais dites : Tout ce que je possède est à vos pieds, Madame !

Ma femme. Mais dites : Notre femme.

Etc, etc… L’expérience est le meilleur guide en pareille matière."

grammaire

Maintenant, je suis sûr que vous voyez la grammaire d’un autre œil !

Posté par grainsdesel à 19:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]