DSC03976

(Galerie des Beaux Arts de Bordeaux)

Né à Bordeaux en 1880, Félix-Elie Bonnet dit Tobeen s'établit à Paris en 1907 et fréquente les artistes regroupés à Montparnasse, à la Ruche, où il trouve un premier atelier.

 

DSC03949

(L’écuyère)

Dès 1911, il expose à Paris au Salon des Indépendants dans la salle des cubistes puis au Salon d'Automne. Mais c'est en 1912 qu'il se fait remarquer, au Salon de la Section d'Or où il présente onze œuvres.

 

DSC03960

(Femmes drapées-la danse)

En 1913, Tobeen est sélectionné avec trois œuvres à l'Armory Show de New York, Chicago et Boston.
De sa phase cubiste, Tobeen conservera une vision synthétique de la nature

 

DSC03972

(Sentier dans les sous-bois)

qu'il appliquera aussi à la scène de genre

 

DSC03928

(Les pelotaris)

Et aux portraits

 

DSC03935

(Basquaise devant le port de Collioure)

Il ne se départira pas de cette vision de constructeur, qu'il adoucit d'une touche mouchetée,

 

DSC03942

(La nageuse)

conférant à ses œuvres, notamment à ses bouquets,

 

DSC03973

(Nature morte aux fleurs)

un aspect velouté captant la lumière dans une douce sensualité. Dans la tradition de la nature morte hollandaise du XVIIème siècle, Tobeen confère à certains bouquets de fleurs la valeur d’une vanitas.

 

DSC03964

(Bouquet à l’éventail)

Ces natures mortes évoquaient, grâce à une symbolique définie, la précarité de l’existence, comme dans le tableau ci-dessous peut le suggérer l’orange entrouverte à demi pelée et déjà desséchée.

 

DSC03936

(Nature morte aux fleurs et orange)

Cette exposition réunit une centaine d'œuvres, paysages, portraits, scènes de genre et natures mortes. L'œuvre de Tobeen est celle d'un peintre pétri de régionalisme qui enfourche les préceptes des avant-gardes.

Source : Plaquette Galerie des Beaux Arts Bordeaux.

Je vous invite à visionner le montage photo qui vous donnera un aperçu plus complet de cette exposition.