Grains de sel

mercredi 19 avril 2017

Sculptures aux 4 vents, où l’art en plein air… !

IMG_6779

« Sculpture aux 4 vents » est une exposition unique en Isère à découvrir au fil d'un chemin balisé :

IMG_6747

Une galerie d'art permanente, en plein air, ouverte aux quatre vents depuis sept ans sur les cimes de Vatilieu.

IMG_6768

Depuis 2009, la commune de Vatilieu est engagée dans un projet artistique peu ordinaire

IMG_6680_stitch

qui s'enrichit à chaque édition de sculptures géantes, plantées sur les chemins.

IMG_6785_stitch

Une balade champêtre de cinq kilomètres qui réunit vingt-cinq sculptures monumentales et très diverses.

IMG_6711

Un bel exemple de décentralisation de l’art en milieu rural.

IMG_6715

Au pied du Vercors, entre le Bec de l'Orient et les Terres Froides, ce circuit entre forêts de châtaigniers et crêtes, pour une partie jalonné de sculptures,

IMG_6755_stitch

offre une vue sur le Vercors, la chaîne de Belledonne, la Chartreuse et même le Mont Blanc.

IMG_6737

Si vous oubliez votre APN, avec un peu de chance, vous serez filmé… !

* Un conseil, n'hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir.

 

Posté par grainsdesel à 16:54 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,


vendredi 14 avril 2017

Pourquoi faire Compliqué...!

Minimum syndical...!

 

 

Posté par grainsdesel à 11:21 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 7 avril 2017

Spectacle par Araga Mysteria lors du SommerMärchen à Schwerin

Posté par grainsdesel à 10:58 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 26 mars 2017

Le combat de carnaval et de carême… !

01

« Ce tableau de Pierre Bruegel visible à Vienne, représente une scène populaire : une place bordée par une église, à droite ; des maisons au fond ; sur la gauche, deux auberges ou tavernes. Autour de ces maisons publiques ou privées toutes sortes de gens qui s’adonnent aux occupations de la vie quotidienne.

16

Au centre de la place, le puits où un homme scrute attentivement l’intérieur de son seau, cherchant sans doute à y trouver quelque pièce d’or qu’il aurait ramené du fond du puits. Autour du point d’eau, l’étal de la marchande de poisson, une femme à gauche, qui fait des crêpes et des gaufres,

17

des musiciens ou comédiens, qui paradent devant l’auberge, suivis par des mendiants et des éclopés, qui tournent autour d’une urne pour voir si on leur a versé une obole. La maison bourgeoise, à l’arrière-plan au centre, est le lieu d’une activité intense de nettoyage :

01a

une femme en lave les vitres, une autre sur le seuil devant la porte grande ouverte, tandis qu’un homme, ramoneur ou maçon, est à califourchon sur la fenêtre. Tout l’espace compris entre cette maison et le puits est occupé par des enfants qui jouent aux billes, à des lancers de balle, à la ronde, à la toupie. À partir de cette aire de jeux qui attire le regard par sa luminosité, le tableau s’organise autour de deux pôles.

01n

À l’arrière-plan à droite, contrastant avec la luminosité diffuse de la place, s’impose la masse sombre de l’église à l’architecture romane austère, d’où sort un cortège de femmes et de religieuses, certaines portant des rameaux, d’autres des chapelets, l’une donnant l’aumône. Elles sortent d’un office et sont pleines de bonnes résolutions, prêtes à faire charité.

15

Au-delà du portail, son surplis blanc le détachant de l’intérieur obscur, un prêtre donne la bénédiction près d’un pilier dont les sculptures sont recouvertes d’un voile blanc.

01c

Par la porte latérale de l’église, une foule d’hommes, de femmes et d’enfants se précipite en désordre, certains portant des chaises

03

qu’ils ont prises chez eux (les églises de l’époque étaient vides de bancs et de chaises). Ce groupe indiscipliné contraste avec la procession dévote qui quitte l’église par le portail principal.

01d

Dans la rue adjacente, entre la maison et la taverne, passe également une procession, moins religieuse, celle-là, dont le chef de file élève un trophée de rameaux enguirlandés. À l’opposé de ce triple mouvement de foule qui se disperse à partir de l’église, le regard du spectateur est attiré vers le premier plan du tableau où se joue une scène de combat burlesque :

08b

deux personnages dirigent des lances l’un sur l’autre et s’affrontent en combat singulier.

12

Celui de gauche brandit une pique garnie d’une tête de porc, de saucisses et d’autres morceaux de viande,

01f

tandis que celui de droite s’avance avec une rame de bateau de pêche sur laquelle il présente deux tout petits poissons. Nous avons donc là une scène populaire, qui correspond à un certain moment du calendrier liturgique. Dans une religion chrétienne, le carême est une période de jeûne de quarante jours, précédant la semaine sainte et Pâques, qui commémorent la passion du Christ et sa résurrection. Le carême commence par un jour de jeûne total, le mercredi des cendres, précédé lui-même d’un jour de fête, le mardi gras. C’est à l’occasion du mardi gras qu’ont lieu les festivités du carnaval, ainsi qu’au milieu de la période de jeûne, à la mi-carême.

07

Le carnaval, c’est le jour où la chair (du latin caro, carnis) est autorisée : la viande bien sûr mais aussi le jeu, la boisson, le divertissement, les joies de l’amour, les plaisirs charnels, ceux du corps en général. Le carême, en revanche, est une période de privations et d’austérité, où la viande et les amusements sont prohibés, au profit de la pénitence et de la prière.

14

On voit ici les paroissiens quitter l’église en faisant l’aumône, tenant à la main du pain ou du poisson qu’ils ne mangent pas, alors que ce sont les nourritures autorisées en période de jeûne, dite « maigre ». La fête du carnaval, qui a lieu un jour « gras », est personnifiée, représentée par un gros personnage qui parade, le teint rougeaud, vêtu de bleu et de rouge, une hache de boucher à la ceinture, et qui est suivi d’un cortège de bons vivants. Assis sur un tonneau de vin, il s’oppose en combat singulier à la silhouette décharnée de Carême, maigre et livide, dans sa robe de bure et ses sandales.

08a

Ce personnage à l’austérité emblématique (on parle d’une « figure de carême ») a un accoutrement monastique qui parodie le religieux.  Il tient à la main un faisceau de brindilles destiné à sa propre flagellation, tandis qu’il abandonne à ses pieds des galettes et bretzels, à peine entamés, que personne n’ose toucher.

01f

Si sa maigreur représente le renoncement aux tentations de la chair et le sacrifice, l’essaim d’abeilles renversé sur la tête, comme la trique de brindilles, symbolise son désir de mortification. Le tableau est ainsi animé par la lutte grotesque des deux figures antinomiques et allégoriques. Carnaval et Carême, le plaisir de la chair et l’austérité de la religion, la sensualité et la morbidité, le divertissement et la piété, etc. Tout l’avant-plan est organisé autour de ces deux personnages qui ont chacun des adeptes, dont on voit la procession désordonnée.

08d

Le chariot de bois qui soutient Carême est  tiré par deux femmes épuisées, et suivi de petits personnages qui se détournent de leur pain ou baissent les yeux vers le sol. En face, la barque de l’ivresse qui porte Carnaval en triomphe est accompagnée d’un cortège de fêtards,

04

déguisés et masqués qui s’amusent, buvant, faisant de la musique, jouant de l’argent. Une troupe de comédiens les suit, avec un chariot ambulant. Ils paradent devant l’auberge et sont prêts à installer leurs tréteaux sur la place. La population se répartit, dans cette distribution symbolique de l’espace, entre les tavernes et l’église.

13

Cette division de la société est elle-même soulignée par la mise en regard, autour du puits, de la marchande de crêpes et de la marchande de poissons.

17

Seuls les enfants et les infirmes échappent à la répartition entre religieux et impies : comme les mendiants et les éclopés, ils sont partout, s’introduisent dans tous les groupes sociaux, peut-être parce qu’ils ne font pas vraiment partie de la société ».

Source : Analyse par Céline.

Si vous avez eu le courage de tout lire, pour vous détendre un dessin animé sur le même thème

Posté par grainsdesel à 10:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 17 mars 2017

Ils ne tapent pas sur des bambous… !

 

IMG_8527a

 

Lors d’un séjour à Schwerin, j’ai assisté à un concert de rue « DruMachine » animé par :

 

IMG_8526

 

(Oded Kafri)

 

IMG_8523

 

(Christian von Rischthofen)

J’avoue que je n’avais jamais entendu parler de ces deux incroyables artistes, si vous êtes curieux, vous pouvez en savoir plus grâce à internet. Ils ont une sacrée énergie qui est vite captée par les passants, qui n’hésitent pas à s’arrêter pour profiter et adhérer à leur spectacle.

 

IMG_8519

 

J’ai eu la chance de les revoir le lendemain où ils m’ont expliqué qu’ils se déplaçaient dans de nombreuses villes, y donnant des concerts avec parfois d’autres artistes, comme à Hambourg

Prenez le temps de regarder les vidéos, les deux premières filmées sur la MarienPlatz en centre ville de Schwerin.

 

*****

 

Le lendemain après les avoir revu, ils ont encore fait apprécier leur talent devant le château.

Posté par grainsdesel à 11:38 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


jeudi 9 mars 2017

Homines sumus, non dei… !

Panorama 027

Nous sommes des hommes et non des dieux. Cette expression empruntée à Pétrone rappelle les limites de la vie humaine, encline au péché et à l’erreur. « Errare humanum est, perseverare autem diabolicum », Se tromper est humain, mais persévérer dans son erreur est diabolique. « Hominem te esse memento, memento mori ». Souviens-toi que tu es un homme, rappelle-toi que tu es mortel… ! « Mihi heri, et tibi hodie », Moi hier, toi aujourd’hui, avec une variante

 

03__Hodie_mihi__cras_tibi

« Hodie mihi, cras tibi »,

Aujourd’hui à moi, demain à toi, inscription que l’on trouve en épitaphe dans des cimetières, qui fait actuellement partie du langage courant, mais qui a pris une signification plus générique désignant simplement les drames ou les malheurs qui ne sont pas forcément le décès de quelqu’un, susceptible de frapper n’importe qui à tout moment. Jusqu’à preuve du contraire, les dieux n’étant pas des hommes, il m’est difficile de prendre leurs paroles pour de l’évangile, d’autant que je suis totalement allergique à ces écrits apocryphes surtout quand ils sont énoncés avec la langue de bois. A écouter les prétendants à la fonction suprême, tous les coups sont permis pour rejoindre l’ancienne demeure de La Pompadour, en diabolisant les adversaires. Nous sommes en plein combat de Carnaval contre Carême.

 

Pieter-Bruegel-the-Younger-The-Battle-between-Lent-and-Carnival

(Pieter Bruegel l'Ancien "Combat de Carnaval et de Careme")

Un bordel indescriptible où toutes les hypothèses abracadantesques sont jetées en pâture aux brebis égarées qui ne feront pas le bon choix. Pour les uns on nous promet des jours à se faire péter la ceinture alors que pour d’autres on va sucer des queues de hareng… !

 

109873842_o

(Détail)

Je ne sais où ces "Pestilentielles" vont nous mener? J’ose espérer que celui ou celle qui nous mettra sur les prochains rails

 

bert

(Photo montage Bert...?)

aura fait le bon choix du cap et ne nous précipitera pas dans un cul de basse fosse…

 

conquête-occident

Pour terminer sur une note plus optimiste, je vous mets en ligne un montage vidéos-photos de ma visite au Musée de l’Homme avant que dans un futur il soit rebaptisé :

Musée des Illusions Perdues… !

Posté par grainsdesel à 20:09 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 27 février 2017

L’Allegro, il Penseroso ed il Moderato… !

 

Giorgione

(Tableau de Giorgione)

 L’homme « gai » l’homme « méditatif » et l’homme « modéré ». Ces trois ressentiments représentent à mes yeux l’état d’esprit des citoyens, appelés prochainement aux urnes et complètement déboussolés. Qui va sortir vainqueur de ce trio ?

 

546387__the-good-the-bad-and-the-ugly_p

(Le Bon, la Brute et le Truand)

Écoutant beaucoup de musique pour m’accompagner dans des moments difficiles d’une fin d’existence, (souvent Classique, le Rapp et ses messages de haine envers notre société me donnant une éruption de bouton) je me permets, faute d’avoir l’humeur primesautière pour me lancer dans l’écriture d’un billet humoristique de faire référence à l’œuvre qu’Haendel composa à Londres en 1740.

 

gardiner

 […Dans cette ode pastorale d’Haendel, les valeurs sociales admises par l’Allegro (les récompenses et les plaisirs de la Cour, le théâtre, la poésie, la musique et la gaité quelque peu forcée) paraissent dans l’ensemble moins convaincantes et moins réelles que le monde perçu par Il Penseroso, un monde d’une sensibilité accrue où l’obscurité, la solitude et même le chagrin pénètrent les rêves. Une conclusion qui, en réalité, affirme que « toute joie dans ce monde est éphémère et transitoire, artificielle et imparfaite ».

 

le bon

 On devrait sonder les passions humaines, découvrir quelles sont les forces en mouvement au sein de la société, éviter trop de spéculation et toute superstition…] Dans le duo de la vidéo que je vous propose :  As steals the morn upon the night and melts the shads away, (Tout comme le jour naît discrètement de la nuit en effaçant les ombres), la dualité de l’esprit chante d’une seule voix. « Ce n’est pas la victoire de la raison mais celle des vapeurs qui ont embrouillé l’esprit qui sont évoqués ici une fois de plus et apparemment contrôlés par la volonté ».

 

Brueghel

(Tableau de Brueghel)

 Toutefois j’ai bien peur que comme les aveugles de Brueghel, nous allons trébucher et nous précipiter dans la fosse aux emmerdes… !

Je vous laisse juge… !

Sources : Wikipédia, Erato.

Posté par grainsdesel à 16:58 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 24 janvier 2017

Promenades nocturnes à Schwerin… !

IMG_5466

Pas trop le temps ni le moral pour suricatiser, je me contenterai, pour mes quelques fidèles de vous poster deux montages vidéos de promenades nocturnes à Schwerin.

Pour mes visiteurs nouveaux, une photo d’une peinture murale du château.

IMG_5238

La seconde vidéo lors d’une fête des lumières donnée dans le parc du château.

 

Posté par grainsdesel à 10:58 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 18 janvier 2017

La virée nocturne de mon ami Nouratin...!

01

Un jeudi soir, sa BERGERONNETTE n’étant pas libre, notre cher NOURATIN dit le « FURET », gras comme une ABLETTE, décida de s’offrir un petit Saigon. La journée avait été rude,

02

à trop penser à son prochain billet dominical, à jouer au CAMELEON pour coller à l’actualité, le BOURDON lui avait mis l’ARAIGNEE dans le plafond.

7

Ayant un OURSIN dans le CRAPAUD, il vérifia s’il avait assez de blé pour s’envoyer un ASTICOT de cercueil ou un PERROQUET. Il s’était fringué avec classe, ne voulant pas ressembler à un BARBILLON de pissotière, il avait enfilé sa plus belle LIMACE, sait-on jamais, une CAILLE pourrait avoir envie de laisser miauler son CHAT. Une rapide inspection au peigne fin l’avait rassuré, il n’avait pas des PAPILLONS d’amour accrochés à sa queue de RAT.

18

Il pourrait lui demander de lui faire le POISSON souffleur, son ANGUILLE de calcif avait besoin de changer d’air.

04

Avant de partir, faute de GRIVE, il estropia un ANCHOIS, son estomac d’AUTRUCHE à l’haleine d’HYENE lui éviterait d’être trop vite saoul comme une VACHE. Direction le DRAGON bleu, le troquet concurrent de son ami Bonpourlapoux. Il longea le royaume des TAUPES, en tant qu’ancien CABOT il fit un crochet par le foyer des POUSSINS, dans l’espoir d’y trouver un CHIEN de quartier qui lui offrirait un pissat d ANE.

06

 Hélas, mis à part des PERDREAUX qui recherchaient un petit MAQUEREAU et des MARSOUINS baptisés à la queue de MORUE, en train de taquiner les BREMES, pas de connaissances. Il repartit en pattes de MOUCHE.

mouche

Dehors, il faisait un froid de CANARD, il ne risquait pas d’être piqué par un MOUSTIQUE. À la sortie du quartier, un ESCARGOT de trottoir à tête de GORILLE, plein comme une HUITRE lui demanda ses papiers, hélas, il dut se rendre à l’évidence, il ne les avait pas. Il eut beau supplier qu’il les avait oubliés chez son MERLAN, qu’il les présenterait dès demain, rien à faire, même ses larmes de CROCODILE à faire monter un CASTOR aux rideaux ne réussirent pas à lui faire avaler des COULEUVRES. Notre FAUVETTE à tête noire n’appréciant pas qu’on le prenne pour un PIGEON, passa un coup de BIGORNEAU à la maison POULET. Cinq minutes plus tard il vit arriver un fourgon qui n’avait rien d’une COCCINELLE, il se trouva propulsé par un drôle de ZEBRE, hargneux comme une TEIGNE, rouge comme une ECREVISSE, habillé en SERIN avec plein de SARDINES sur les manches. La bétaillère démarra,

17

conduite par un HIBOU qui avait un peu trop chargé la MULE. Ils empruntèrent une route défoncée, à chaque nid de POULE, nos compères riaient comme des BALEINES, tandis que notre cher NOURATIN, perdant sa belle prestance de FAISAN, n’avait plus envie de se pavaner comme un PAON. En vraie GRENOUILLE de bénitier, il ne savait plus quel saint implorer pour que cela s’arrête, il avait de plus en plus envie d’aller au RENARD.

IMG_1066

(Photo perso)

Enfin ils arrivèrent au poste où un BŒUF carotte, affublé d’un perchoir à MOINEAUX, le visage MITE suite à des CHARANÇONS dans les flâneuses lui confirma sa mise en garde à vue. Le poulailler était déjà bien garni, une GRUE, plate comme une MORUE, les seins en oreilles de COCKER, une vraie SAUTERELLE l’accueillit d’un : « Bonjour ma BICHE !  Tu sais que t’es CHOUETTE ! ». Elle commençait à être collante comme une SANGSUE. Notre pauvre NOURATIN, envahit d’un terrible CAFARD, jura de ne plus faire SAIGON en solitaire.

15

(Photo perso)

 Cochon qui s’en dédie. Avec ses copains de chez Napoléon,

16

 il était le COQ du village, ici il était considéré comme un ROSSIGNOL sans valeur.

Mon cher ami, j’espère que la manifestation spontanée des amis de Chez Napoléon a attendri le commissaire et obtenu ta libération, ce qui n’exclue pas d’un passage dans mon confessionnal.

Pour vous faciliter la compréhension de mes élucubrations, je vous rajoute un petit glossaire.

Bergeronnette : Maîtresse.

Ablette : (Gras comme une ablette : maigre)

Caméléon : (Jouer au caméléon, changer d’apparence)

Bourdon : (Avoir le bourdon : ennui, mauvais cafard)

Araignée : (Araignée dans le plafond : avoir le cerveau dérangé)

Oursin : (Avoir un oursin dans le crapaud : être avare)

Asticot : (Asticot de cercueil : verre de bière)

Perroquet : Mélange d’anis et de sirop de menthe.

Barbillon : (Barbillon de pissotière : souteneur de dernière catégorie)

Limace : Chemise.

Caille : Fille publique, femme dodue.

Chat : (Laisser miauler son chat : jouissance de la femme)

Papillon : (Papillon d’amour : pou du pubis)

Rat : (Queue de rat : pénis)

Poisson : (Poisson souffleur : fantaisie érotique)

Anguille : (Anguille de calcif : sexe masculin)

Anchois : (Estropier un anchois : manger un morceau sur le pouce)

Autruche : (Estomac d’autruche : glouton qui digère tout ce qu’il avale)

Hyène : (Haleine d’hyène : mauvaise haleine)

Vache : (Saoul comme une vache : être ivre mort)

Taupes : (Royaume des taupes : cimetière)

Cabot : (Ancien cabot : ancien caporal dans l’armée)

Poussins : surnom des élèves de première année à l'École de l'air.

Chien : (Chien de quartier : Adjudant)

Ane : (Pissat d’âne : mauvaise bière, boisson de médiocre qualité)

Perdreaux : policiers en civil.

Maquereau : Souteneur.

Marsouin : Soldat de l’infanterie de marine.

Morue : (Baptisé à la queue de morue : assoiffé permanent)

Mouche : (Partir en pattes de mouche : sans faire de bruit)

Escargot : (Escargot de trottoir : agent de police)

Huitre : (Plein comme une huitre : être ivre)

Merlan : coiffeur)

Crocodile : (Larmes de crocodile : larmes hypocrites)

Castor : (Faire monter un castor aux rideaux : satisfaire les besoins sexuels d’un expert)

Fauvette : (Fauvette à tête noire : gendarme « allusion à la couleur noire du bicorne dont il était coiffé)

Bigorneau : Téléphone.

Zèbre : Individu d’apparence bizarre.

Teigne : Personne hargneuse, méchante.

Serin : (Habillé en serin : en gendarme)

Sardine : Galon de sous-officier.

Hibou : Policier de la voie publique qui tournent la nuit).

Mule : (Charger la mule : Boire avec excès).

Baleine : (Rire comme une baleine : rire à gorge déployée, sans retenue).

Grenouille : (Grenouille de bénitier : bigote).

Renard : (Aller au renard : vomir).

Bœuf carotte : Police des polices.

Moineaux : (Perchoir à moineaux : nœud papillon).

Charançons : (Charançons dans les flanelles : être atteint d’un mal vénérien).

Grue : Prostituée.

Cocker : (Les seins en oreille de cocker : seins tombants et flétris).

Sauterelle : (Femme maigre et dégingandée).

Saigon : (Faire Saigon :faire le tour des cafés et boites de nuit).

Posté par grainsdesel à 12:24 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 10 janvier 2017

Faut-il construire un mur pour ne pas faire face à la réalité… !

kader_attia_ghosts

(Installation Kader Attia)

Nos gouvernants imbus de leurs privilèges, loin des problèmes des sans domiciles fixes, des sans dents qui galèrent depuis de nombreuses années, qui crèvent la gueule ouverte sur les trottoirs de la République. Pour eux, pas de solutions, pas d’hébergements, ils n’ont qu’à émigrer au soleil.

glaneurs

On accueille sans compter, on ouvre des centres, on rénove, on débloque des crédits, on n’emmerde pas n’importe qui par de la paperasserie, et petit à petit les fantômes venus dont ne sait où arrivent en grand nombre.

attia

(Installation Kader Attia)

Cette installation a été présentée à la Saatchi Gallery de Londres, intitulée « Fantôme », représente des dizaines de musulmanes en prière, agenouillées, indifférenciées, méconnaissables, toutes vêtues du même habillement de feuilles d’aluminium ; à les regarder de plus près, elles n’ont pas d’existence. Est-ce prémonitoire, faut-il souhaiter un tel avenir à la femme de Marianne… ?

IMG_6897a

(Photo perso)

Pour le moment avec mon cousin Nouratin du territoire de Nice, nous ouvrons l’œil, mais est-ce suffisant… ?

Je ne vais pas commencer l’année par un cours de maçonnerie, mais nos frontières laissant passer de plus en plus des conquérants, je vous propose pour changer d’idée le fameux « Wall » de Pink Floyd, revisité par un groupe musical « Atomic Brick Orchestra » que j’ai entendu à Schwerin :

Part 1

Part 2

 

Désolé pour la qualité du son, mais j’étais au fond de l’espace, bordé par une route pavée, ce qui par moment perturbe l’enregistrement.

 

Posté par grainsdesel à 13:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,